Adoption de la loi #StopFéminicide de Sarah Schlitz : la Belgique, premier pays européen à se doter d’une loi globale contre les féminicides

Publié par Kouablan Francine Esther le

Dans “Féminicides – une histoire mondiale”, l’historienne Christelle Taraud dresse un vertigineux tableau des homicides volontaires que les femmes subissent depuis des millénaires, montrant qu’il s’agit bien d’un phénomène social documenté, massif et enraciné. En 2022, en Belgique, au moins 18 femmes ont déjà été tuées parce qu’elles étaient des femmes. Elles étaient au moins 22 en 2021, 26 en 2020, 24 en 2019, 39 en 2018 et au moins 43 en 2017. C’est donc arrivé 172 fois, au moins, sur ces 6 dernières années. Ces chiffres découlent d’un recensement effectué par les associations féministes sur le blog Stop Féminicide sur base d’articles de presse, puisque la Belgique ne disposait, jusqu’à présent, d’aucune statistique officielle. Tout porte à croire qu’elles sont en réalité bien plus nombreuses que ça.

En Belgique, on estime qu’un homme a tué sa (son ex) compagne en moyenne tous les 12 jours lors de ces 5 dernières années. La violence machiste est la première cause de mortalité des femmes et des filles de 16 à 44 ans en Europe1. Il est important de se rappeler que le féminicide est la forme la plus extrême des violences de genre. Ils surviennent souvent après des mois voire des années de souffrance. Ces chiffres terribles montrent l’urgence d’agir pour éradiquer les violences de genre, liées aux rapports de domination persistants entre les femmes et les hommes.


Grâce à la lutte des militantes féministes, le terme rentre progressivement dans le vocabulaire commun. Si le féminicide figure dans le Code pénal d’une dizaine de pays latino-américains, ainsi qu’en Espagne (2004) et en Italie (2013), juridiquement, il n’existait toujours pas en Belgique. Le Petit Robert le définit depuis 2015 comme un “Meurtre d’une ou plusieurs femmes ou filles en raison de leur condition féminine” mais le terme reste encore absent de la plupart des dictionnaires.


Le Conseil des Ministres a adopté ce vendredi la Loi cadre de Sarah Schlitz #StopFéminicide” qui dote la Belgique d’un ensemble d’instruments de mesure des féminicides et de protection des victimes : elle définit la notion de féminicide officiellement, permet de collecter des données statistiques, améliore les droits et la protection des victimes et prévoit de former la Police et les magistrats. C’est une première en Europe.


Cette “Loi sur la prévention et la lutte contre les féminicides, les homicides basés sur le genre et les violences qui les précèdent” est une véritable révolution dans la manière de lutter contre les féminicides. Nous sommes enfin dotés d’outils efficaces pour mieux cerner le phénomène et protéger les victimes. C’est un immense soulagement de savoir que des vies vont pouvoir être sauvées..

Lire l’intégralité du communiqué ici

1 https://www.monde-diplomatique.fr/2004/07/RAMONET/11299

Catégories : PRESSE