Subsahariens, Européens, Marocains : solidarité avec Bel Younech !

Publié par MRAX le

This medicine should not be used in patients with a known or suspected hypersensitivity to penicillin or any of the ingredients. Studies have shown viagra ratiopharm preis Novokuz’minki that more than 400,000 people in the us have tried paxil withdrawal. A person who has a family physician can get his or her prescription drugs by filling the prescription during a visit with the physician.

Follicle growth is determined by the fsh level in the blood, which increases each miu/ml every day as the follicles grow and ovulate. This increases the amount of progesterone in your body and helps keep your Siverek ovaries healthy. I am just a little depressed and i have been looking for something to help me with that.

Le 20 juin de chaque année est consacré à la Journée internationale des réfugiés.

Cette année fut l’occasion de se rappeler que, depuis de trop nombreuses années, l’Union européenne mène une véritable politique restrictive d’accès à son territoire. Cela ne stoppe pas l’immigration, loin de là… cela pousse simplement les migrants à prendre des risques inconsidérés pour atteindre le sol européen et cela contraint les pays frontaliers de l’Europe (Lybie, etc.) à jouer un rôle de gendarme.

Bel Younech en est un parfait exemple : Bel Younech est une forêt proche de l’enclave espagnole de Ceuta, où des centaines de Subsahariens – hommes, femmes et même enfants – vivent de manière précaire, en tentant régulièrement de franchir les grillages pour rejoindre le rêve européen.

Dans l’attente de passer la frontière, les Subsahariens de Bel Younech vivent dans des conditions déplorables, au mépris de leurs droits fondamentaux ! Arrivés là par leurs propres moyens ou jetés sur le sol marocain par les autorités algériennes ou conduits par des « passeurs » professionnels de la traite des êtres humains, ils se trouvent isolés, face à des autorités marocaines qui, tantôt bloquent l’entrée de la forêt rendant difficile l’accès aux villages les plus proches pour chercher de la nourriture et à boire, tantôt organisent de larges opérations de ratissage ayant pour seule fin des expulsions collectives massives.

Les autorités espagnoles, quant à elles, ne respectent aucunement leur obligation de non-refoulement imposée par les conventions internationales. Trop de témoignages de Subsahariens montrent clairement que les autorités espagnoles n’hésitent pas à rouvrir les grillages pour « rejeter » sur le sol marocain les Subsahariens qui sont arrivés à les escalader, en n’hésitant pas à faire preuve d’un grand zèle en matière de violences policières, pour l’exemple.

Cette situation est insupportable et ne peut plus être supportée par nos concitoyens qui veulent une Europe forte, aux conditions qu’elle soit plus sociale, plus humaine et plus respectueuses des libertés et droits fondamentaux.

Pour attirer l’attention sur ce problème, un groupe s’est rassemblé de manière informelle et réunit des militant-e-s, des personnalités du monde politique, artistique, des associations (dont la CNAPD., Démocratie Plus, le MRAP, etc.). Il s’intitule le « Collectif S.O.S. Bel Younech ».

Sa première action fut de lancer un appel en Belgique et à l’échelle internationale pour sensibiliser l’opinion publique en la matière. Le texte de l’appel et la liste complète des signataires peuvent être consultés via le lien suivant : http://users.skynet.be/fb056229/

Sa deuxième action fut d’organiser, sous le mot d’ordre « Subsahariens, Européens, Marocains : solidarité avec Bel Younech ! », un rassemblement devant la Commission européenne, au départ de l’Ambassade du Maroc, précisément le 20 juin dernier, Journée internationale des réfugiés.

La prochaine action consistera vraisemblablement en l’organisation d’une mission au Maroc devant être effectuée par une délégation mixte, composée de parlementaires et d’acteurs du monde associatif ; et ce, aux fins d’instruire davantage le dossier, de construire des liens de collaboration avec des associations locales (ex : l’AFVIC, l’association des Amis et Familles des Victimes de l’Immigration Clandestine) et de finaliser des revendications à porter ensemble devant les différentes autorités idoines.

La tâche sera longue… mais indispensable !