Le racisme environnemental et la blancheur du mouvement climatique

Publié par MRAX le

Article rédigé par nos collègues de Kif-kif Beweging.

Les effets du changement climatique affectent tout le monde, mais pas au même moment, de la même manière ou dans la même mesure. Il est temps de lancer un mouvement climatique qui soit intersectionnel et qui lutte explicitement contre le racisme environnemental. Autrement, l’inégalité climatique ne fera que s’aggraver.

Photo : Markus Spiske

L’activisme climatique est trop peu répandu, et aux Pays-Bas, on y prête très peu d’attention. Au niveau international, toutefois, le thème occupe une place de plus en plus importante dans l’agenda.  Aux États-Unis, on sait depuis longtemps que le racisme environnemental renforce l’inégalité entre la population blanche et la population non-blanche. L’universitaire Robert Doyle Bullard a constaté que les quartiers où une grande partie de la population est constituée de minorités et de personnes à faible revenu sont davantage confrontés à la pollution environnementale que les quartiers blancs et aisés. Un exemple bien connu est la ‘Cancer Alley’ (l’allée du cancer), une région située le long du fleuve Mississippi où se trouvent de nombreuses industries. Il y a relativement plus de cas de cancer et de fausses couches que dans les autres quartiers.

Les recherches menées aux États-Unis montrent également que les Afro-Américains sont plus exposés aux particules que les Américains blancs. Les premières études montrent que des groupes socialement défavorisés, notamment aux États-Unis, vivent à proximité de décharges qui datent de plus de 30 ans. Une étude de 2018 de l’Agence de protection de l’environnement suggère que l’identité ‘raciale’ joue un rôle plus déterminant dans l’exposition aux particules que la pauvreté. L’étude a révélé que les personnes de couleur sont plus susceptibles d’être exposées aux particules que les personnes blanches. Cette différence est plus grande qu’entre les pauvres et les riches. L’exposition aux particules peut entraîner de l’asthme et des maladies cardiaques, des maladies plus fréquentes chez les Afro-Américains que chez les Américains blancs.

Ce racisme dit environnemental a un impact non négligeable sur la santé de la population non blanche, ce qui est particulièrement problématique car celle-ci a moins accès aux soins de santé. Souvent, il y a même un double impact, car ce groupe est touché de manière disproportionnée par la pollution environnementale et les catastrophes naturelles et est également désavantagé dans la politique qui en découle. Le racisme environnemental, par le biais de ce désavantage politique, est très évident dans la manière dont a été géré l’ouragan Katrina à la Nouvelle-Orléans. En effet, lors de la reconstruction de la région, les quartiers blancs ont reçu beaucoup plus d’argent que les quartiers noirs, bien que 67 % de la population soit composée d’Afro-Américains et qu’ils aient été plus durement touchés.

Le racisme environnemental a un impact non négligeable sur la santé des populations non blanches, ce qui est particulièrement problématique car celles-ci ont moins accès aux soins de santé.

Covid-19, Black Lives Matter et l’activisme climatique

Des inégalités raciales similaires sont également visibles aujourd’hui dans le cadre de la crise sanitaire actuelle. Elle a, en raison des politiques mortifères de Donald Trump, frappé de plein fouet les États-Unis. Les décès ne sont pas répartis uniformément au sein de la population. Les taux de mortalité sont beaucoup plus élevés pour les populations noires, hispaniques et amérindiennes. Le rapport State of Black America Unmasked 2020’ montre que les Noirs américains ont trois fois plus de risques de contracter le COVID-19 que les Blancs américains. En outre, ils ont deux fois plus de risques d’en décéder. 

Cette situation s’explique notamment par l’histoire coloniale du pays. En tant que nation, les États-Unis sont devenus économiquement importants aux dépens de leurs habitants d’origine et des Noirs réduits en esclavage. Les lois et les institutions sont imprégnées de racisme systémique, ce qui perpétue les injustices. Depuis la grande récession des années 1950, le chômage des Noirs est deux fois plus élevé, ils ont également moins de chances de bénéficier d’une assurance maladie et on observe des tendances racistes en matière de soins de santé.

En raison de cette même inégalité, les personnes noires étaient moins susceptibles d’être testées pour le COVID-19 en février et mars. Leurs symptômes ont été minimisés par les médecins et les traitements leur ont été refusés. Cependant, le manque de soins ne se limitait pas à la population noire. Les employés d’un centre de santé de Seattle desservant les Amérindiens ont reçu en mai une cargaison de sacs mortuaires, au lieu des tests corona et des masques buccaux initialement commandés. Un défaut de livraison du distributeur était apparemment à l’origine du problème. Le personnel du centre de santé a vu dans ce malentendu macabre une métaphore de l’incurie de la politique à l’égard des groupes minoritaires.

Comme indiqué précédemment, les Noirs américains sont plus exposés à la pollution atmosphérique et aux particules, ce qui peut entraîner de l’asthme et des maladies cardiaques. Ces maladies sont également un facteur de risque pour le corona. Le lien entre le Corona et le racisme environnemental est ainsi facilement établi.

Selon Elizabeth Yiempierre, présidente de la Climate Justice Alliance, il n’y a donc pas de différence fondamentale entre la lutte contre le changement climatique, les inégalités raciales et les violences policières. Elle parle d’un “droit de respirer” général et se bat contre toutes les violations de ce droit, qu’il s’agisse de la pollution de l’environnement ou des brutalités policières.

Malgré ce racisme climatique si évident, les mouvements climatiques restent très blancs, même aux États-Unis. Ce point a été abordé à plusieurs reprises lors des manifestations Black Lives Matter par diverses organisations et militants. Selon Patrice Cullors, l’un des fondateurs du mouvement Black Lives Matter, la lutte contre l’injustice environnementale est depuis longtemps à l’ordre du jour des communautés noires et pauvres et le changement climatique est également une question de race.

Le mouvement climatique et le racisme environnemental en Belgique

En Belgique, le mouvement climatique est également majoritairement blanc. Qu’il s’agisse des organisateurs d’événements, des orateurs de ces événements ou des participants, partout il semble que les personnes blanches soient principalement représentées. Même lors des grèves scolaires de 2019 pour le climat, peu de jeunes ayant des racines migratoires étaient présents. Shivant Jhagroe décrit “l’industrie du climat” dans son essai (In)visible Bodies comme suit : “Les professionnels, les citoyens, les organisations et les entrepreneurs qui s’intéressent au climat (technologie et produits), ont généralement un niveau d’éducation supérieur à la moyenne, ont des revenus supérieurs à la moyenne et ont de nombreux contacts avec des intérêts similaires. Il existe des mondes parallèles où la durabilité et le climat sont une question normale et accessible pour un groupe, et pour un autre groupe, ce n’est en fait pas une question ou c’est inatteignable”. Jhagroe ajoute également que peu de personnes issues de l’immigration sont impliquées dans les initiatives climatiques.

Photo : Mika Baumeister

Le constat que le mouvement pour le climat est majoritairement blanc n’est pas nouveau. En 2017, le groupe de réflexion Policy Exchange a publié une étude qui a révélé que le secteur de l’environnement était l’un des moins diversifiés du Royaume-Uni. Seul le secteur agricole a enregistré de moins bons résultats. La prise de conscience de ce problème commence lentement à se faire sentir dans certaines organisations. Par exemple, fin 2020, la Fondation Roi Baudouin a lancé un appel à subventions pour encourager les organisations à mettre en place des “projets de connexion et d’inclusion” afin d’engager des groupes cibles difficiles à atteindre.

En outre, le racisme environnemental reste un thème sous-exposé dans les Pays-Bas. Le nombre exact de sous-expositions apparaît clairement si l’on considère le nombre de résultats de recherche obtenus à partir de ce terme dans le moteur de recherche Google. Il n’y en a que 1 880, et ce pour un terme qui existe depuis les années 1970. Le terme “racisme climatique” semble être un peu plus connu, générant 11 000 résultats de recherche. En comparaison, le mot des enfants de l’année 2020 – “ewa drerrie” – donne 10 400 résultats de recherche. Ces deux mots sont d’ailleurs soulignés en rouge par le correcteur orthographique car ils sont censés ne pas exister.

Qu’il s’agisse des organisateurs des manifestations pour le climat, des orateurs de ces manifestations ou des participants : partout, les Blancs sont principalement représentés.

Pourquoi un mouvement climatique inclusif est-il important ?

Il n’est donc pas surprenant qu’il y ait peu de recherches sur l’existence d’un racisme environnemental et climatique en Belgique. L’une des raisons de ce manque d’attention est la pensée colonialiste encore présente, dans laquelle l’expérience blanche est (consciemment ou inconsciemment) placée au centre, et dans laquelle l’existence du racisme climatique est un angle mort.

Les pays qui, historiquement, ont le moins contribué au changement climatique sont ceux qui en subissent le plus de conséquences.

Notre système économique et politique actuel est basé sur le capitalisme et le (néo)colonialisme. Si l’on considère le changement climatique comme l’une des conséquences de ce système, on comprend mieux pourquoi un mouvement climatique inclusif est important. Une politique qui ne tient pas compte de toutes les catégories de population, indépendamment de la couleur de la peau, de la religion ou du statut socio-économique, favorise les inégalités. Tout le monde ne peut pas s’offrir des légumes biologiques, des panneaux solaires ou une Tesla, qui sont des exemples de ce que l’on appelle le “luxe durable”. En outre, ce sont les groupes les plus durement touchés qui ne sont pas entendus dans le mouvement climatique actuel.

Plusieurs militants climatiques de couleur ont appelé à la solidarité avec le mouvement antiraciste. En juin, Ayana Elizabeth Johnson a lancé un appel émouvant dans The Washington Post. En tant que fondatrice et PDG de la société de conseil Ocean Collectiv et du groupe de réflexion Urban Ocean Lab, Ayana Johnson accomplit un travail important en matière de protection des océans. Cependant, la violence et le racisme dont sont victimes les Noirs américains la freinent dans son travail :

“Par conséquent, aux personnes blanches qui se soucient de préserver une planète vivable : je veux que vous deveniez activement antiracistes. Je veux que vous compreniez que les inégalités raciales sont intimement liées à notre crise climatique. Si nous ne travaillons pas sur les deux, nous ne réussirons à aucun des deux. Vous devez faire un pas en avant. Je vous en supplie, car je suis épuisée…”

Les pays qui, historiquement, ont le moins contribué au changement climatique en subissent le plus grand impact. Pensez notamment aux small island states (petits états insulaires), un nom qui désigne les États insulaires situés dans les océans Pacifique, Indien et Atlantique, les Caraïbes et la Méditerranée. Ils sont responsables de moins de 1 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre tels que le dioxyde de carbone, mais sont très vulnérables aux effets du changement climatique, tels que l’élévation du niveau des mers et la perte de biodiversité. Mais de nombreux autres pays, notamment autour de l’équateur, seront également touchés assez rapidement. D’ici 2050, 143 millions de personnes pourraient être déplacées en raison des effets du changement climatique. Les pays d’Afrique subsaharienne, d’Asie du Sud et d’Amérique latine seront particulièrement touchés.

Outre la répartition inégale des effets du changement climatique entre les pays, il existe également une répartition inégale au sein des pays dits “développés”. Avec la hausse des températures et l’augmentation du nombre de canicules, les classes moyennes supérieures pourront installer la climatisation dans leurs maisons. Les quartiers qui présentent déjà des niveaux élevés de pollution atmosphérique souffriront encore plus de la hausse des températures. Des recherches récentes menées aux Pays-Bas et en Angleterre ont montré que la pollution atmosphérique est plus importante dans les quartiers où plus de 20 % des habitants ne sont pas blancs. Si rien ne change, le changement climatique ne fera qu’exacerber ces différences.

Ainsi, l’impact du changement climatique ne touche pas tout le monde de la même façon et de manière égale. Les personnes de couleur, les femmes et les personnes vivant dans la pauvreté sont touchées de manière disproportionnée. Les personnes qui se trouvent à des intersections, comme les femmes de couleur, sont encore plus touchées.

Les effets du changement climatique affecteront tout le monde, mais pas au même moment, de la même manière, ni dans la même mesure. Il est (grand) temps de mettre en place un mouvement climatique qui soit intersectionnel et qui prenne en compte toutes les formes d’injustice. L’heure est venue de lancer un mouvement pour le climat qui implique tout le monde, car ce n’est qu’en impliquant tout le monde que nous pourrons inverser le cours des choses.