Porter plainte auprès de la police, c’est un droit pas une faveur

Si nous savons que nombreuses sont les victimes qui ne signalent pas les délits racistes, nous savons également que des obstacles se dressent sur le chemin de celles qui sont déterminées à faire valoir leurs droits.

Parmi ces obstacles, le refus de certains commissariats d’enregistrer les plaintes. Nos juristes se retrouvent trop souvent devant des plaignants qui relatent un refus ou une  tentative de dissuasion par l’un ou plusieurs agents de police d’acter un signalement, prétextant qu’il n’y a pas suffisamment de preuves ou que cela le relève pas de leur champ de compétences, il arrive que les victimes repartent bredouille.

Le refus de plainte n’est pas une fatalité. Nous vous proposons de retrouver dans cette fiche tous les éléments utiles à connaitre et à partager autour de vous pour user de ce droit méconnu par certains et bafoué pour d’autres.