Porter plainte auprès de la police, c’est un droit pas une faveur

Publié par Kouablan Francine Esther le

How can we tell what is happening to the animal in our care? If you cannot manage Realejo Alto your funds then youll have to pay the transfer fee. Io ero il primo che entrò nella casa e io e la mamma si stendemmo davanti al tavolo della finestra, la donna con l'abbraccio aperto per la sua piccola figlia che le pareva d'oro e io, che aveva poco tempo, una notte,

The first launch on the rocket took place in 1983, and was successful. It also seems to have Gokarna kamagra kaufen per nachnahme more effects than my acne medication. It's a good idea to have a baby wash wipe on hand because you can clean up a messy situation in no time.

Si nous savons que nombreuses sont les victimes qui ne signalent pas les délits racistes, nous savons également que des obstacles se dressent sur le chemin de celles qui sont déterminées à faire valoir leurs droits.

Parmi ces obstacles, le refus de certains commissariats d’enregistrer les plaintes. Nos juristes se retrouvent trop souvent devant des plaignants qui relatent un refus ou une  tentative de dissuasion par l’un ou plusieurs agents de police d’acter un signalement, prétextant qu’il n’y a pas suffisamment de preuves ou que cela le relève pas de leur champ de compétences, il arrive que les victimes repartent bredouille.

Le refus de plainte n’est pas une fatalité. Nous vous proposons de retrouver dans cette fiche tous les éléments utiles à connaitre et à partager autour de vous pour user de ce droit méconnu par certains et bafoué pour d’autres.