L’Europe pas assez sévère contre le racisme

Europe

L’Europe pas assez sévère contre le racisme

Le rapport annuel de The European Union Agency for Fundamental Rights (FRA) 25 juin 2008

L’agence créée à Vienne en 2007 insiste dans son premier rapport annuel sur la tendance à la hausse des crimes à caractère raciste, antisémite, ou relevant de l’extrémisme de droite dans l’Union européenne. Elle note également que les discriminations dans le domaine de l’emploi « prennent une forme étonnamment visible dans quelques Etats membres à travers des offres d’emploi discriminatoires énonçant que les étrangers doivent s’abstenir de postuler ». La discrimination sur le lieu de travail est également bien présente en Europe, et notamment en Belgique, selon l’agence, qui cite le cas d’ouvriers turcs d’un sous-traitant de l’industrie automobile en Flandre, qui ont protesté l’an dernier contre un règlement établissant que les salariés qui utilisent à trois reprises consécutives une autre langue que le néerlandais sont passibles d’un renvoi. Les salariés de cette société – à 70% d’origine étrangère – ont été mis en demeure de parler néerlandais en permanence dans les locaux, « pour des raisons de sécurité » et « par respect pour les autres employés ». A côté d’exemples négatifs, l’agence des droits fondamentaux met aussi l’accent sur une série d’initiatives mises en place par les autorités pour lutter contre la discrimination. L’initiative de la fédération belge de l’intérim, Federgon, qui tente de lutter contre la tendance des employeurs à rejeter les travailleurs issus de minorités ethniques, est ainsi saluée. Mais de manière générale, les pays de l’UE sanctionnent peu et mal les comportements discriminatoires. « Aucune sanction n’a été appliquée dans douze Etats membres lorsque des procédures ont été engagées », note l’agence, citant la République Tchèque, l’Allemagne, le Danemark, l’Estonie, la Grèce, l’Espagne, Chypre, la Lituanie, le Luxembourg, la Pologne, le Portugal et la Slovénie. Dans les quinze autres pays membres, « les écarts sont extrêmes ». « Le Royaume-Uni possède la législation antidiscrimination la plus efficacement appliquée de toute l’UE et avec 95 sanctions sur la période 2006-2007, il a prononcé plus de sanctions que tous les Etats membres réunis ». La Belgique se caractérise quant à elle, à l’instar de la France et des Pays-Bas, « par la rareté ou l’absence de sanctions, même si celles-ci peuvent être théoriquement dissuasives ».

Le site : www.fra.europa.eu/fra/