« Affaire Zemmour à Bruxelles » : la position de RésistanceS.be

 

Communiqué de presse / Bruxelles / 5 janvier 2015

RésistanceS.be, le web-journal de l’Observatoire belge contre l’extrême droite, soutient l’appel à manifester pacifiquement son indignation, ce mardi 6 janvier dans le quartier populaire bruxellois des Marolles, en réponse à l’accueil de la propagande haineuse par le Cercle de Lorraine, le club B19 et le Cercle de Wallonie, des cercles d’hommes d’affaires bien éloignés des réalités quotidiennes de millions de concitoyens.

 

Alors que Eric Zemmour a déjà été condamné pour incitation à la haine raciale en 2011, qu’il a toujours refusé de s’excuser pour les propos incriminés et que son dernier livre, Le suicide français, continue à dénoncer des boucs-émissaires immigrés et témoigne plus que du mépris contre les femmes et les homosexuels, il est consternant de voir ceux qui entendent réunir nos élites belges trouvent pertinent de lui proposer une tribune laudative.

 

Boîte de Pandore, liberté d’expression et liberticide

Ce mépris des citoyens d’origine étrangères – désormais publiquement affiché dans les hautes sphères de notre société – s’inscrit sans doute dans la suite des propos du secrétaire d’Etat du gouvernement fédéral, Théo Francken (N-VA, nationaliste indépendantiste flamand), qui s’interrogeait soi-disant sur la «valeur ajoutée de la diaspora marocaine». En ayant donné un tel poste à Théo Francken et en l’y maintenant, le gouvernement conduit par le MR Charles Michel a ouvert la boîte de Pandore.

 

Ces dernières semaines, il a été uniquement question de la « liberté d’expression pour Zemmour », personne pour saluer le «refus de banaliser la haine de cet individu». Au contraire, pratiquement tous ceux qui se sont autoproclamés partisans de la liberté d’expression ont tenté de faire passer tous ceux qui voulaient défendre l’égalité entre tous les citoyens pour « descenseurs », des liberticides ! Et nous n’avons malheureusement pas observé parmi ceux-ci un seul défenseur de la liberté d’expression de ses opposants. Cela en dit long sur la faiblesse politique de leur analyse.

 

Cheval de Troie du FN

Ce n’est pas de la censure que de signaler aux élites son mépris de les voir aller écouter une personne qui en France est considérée, par beaucoup, comme étant « le cheval de Troie du Front national », le parti historique de l’extrême droite française ! Principal vecteur du racisme et de l’exclusion, depuis plus de trente ans déjà !

 

Ce n’est pas de la censure que de signaler à un businessman, quand il invite personnellement Eric Zemmour dans sa librairie, qu’on n’approuve pas ses pratiques de marketing et qu’il peut toujours se cacher derrière la « promotion de la culture » et du « débat d’idées », même pour justifier une séance de dédicace (qui en général n’attire que des admirateurs de l’écrivain !) ; une partie de sa clientèle n’est pas dupe.

 

« Le silence des pantoufles »

Non, tout cela, ce n’est pas de la censure, c’est, bien au contraire, user de sa liberté de se battre pour un monde sans haine en luttant contre le racisme. Une liberté d’expression à laquelle certains ontsans doute renoncé depuis bien longtemps et c’est à ceux-là, aussi, que nous nous adressons aujourd’hui : souvent les régimes autoritaires s’installent dans des démocraties fragilisées par la crise économique, et, « pire que le bruit des bottes, est le silence des pantoufles ».

 

Ce n’est pas entrer dans le jeu d’Eric Zemmour que de marquer son désaccord. Les courbettes et les applaudissements dont il a bénéficié sont les seuls responsables de son succès. A ce stade, réclamer le silence face à la haine, c’est devenir son servile allié.

 

En refusant de considérer l’expression de la haine de Zemmour comme une fatalité, ceux qui choisiront, ce mardi 6 janvier, de se réunir «pour dire NON à la haine» seront là pour réinvestir le terrain des valeurs.

 

RésistanceS.be ne pouvait que soutenir cette reconquête populaire de la libertéd’expression. Pour le web-journal RésistanceS.be Julien Maquestiau

 

www.resistances.be

info@resistances.be

Resistances