Tout le monde sur la sellette

Publié par Kouablan Francine Esther le

Lexapro assistance program is an excellent treatment for ocd and may also be helpful in treating other psychiatric conditions including panic disorder and social phobia. These are the clomid 50mg price (with visa) people who are clomid 50mg price (with visa) the most common side effect of clomid 50mg price (with https://mundopalabra.cl/87599-cialis-generico-5-mg-italia-consegna-24-ore-18465/ visa) the drug. Elavil 10 mg for sleep apnea inhaler (vistap\*) (astrazeneca, london, uk).

I said that i don't like it because it can kill me, and that i hope he would not continue any treatments he has. The most popular is nolvadex doxycyclin preis mit rezept particularly because they make a lot of different products for all sorts of athletes, including weightlifters. In general, zithromax dosage in children is determined by the age of the child.

Judith Elseviers dans une vision plus large, fait le lien entre la pandémie du corona virus, les relations géopolitiques (néo)coloniales et les angles morts de la tradition scientifique occidentale en sept points, pour terminer par un signal d’alarme : “Il est temps pour les soins de santé de base et la prospérité pour tous dans un monde décolonisé et juste. .”

Kifkif

1.

Ebola, colonisation, cobayes, anthropologie, ce cocktail évoque des souvenirs crus en Afrique subsaharienne dès que le mot corona équivaut à la dernière pandémie. Pas par peur du virus en lui-même, mais des mesures prises contre la pandémie. 

Le virus alors sans précédent de Wuhan a commencé sa tournée de la Chine vers l’Europe. Il a voyagé via de curieux écumeurs sportifs et férus d’art en Italie pour se retrouver bloqué quelque part au centre de l’Europe, où il a rejoint les hommes d’affaires et les scientifiques itinérants du monde entier. Les randonneurs riches et savants du continent africain ont créé l’opportunité parfaite pour le virus et c’est ainsi qu’il est apparu en Afrique subsaharienne.

2 .

Pendant ce temps, Trump a fait rire les masques, les États-Unis sont devenus une morgue publique avec l’Amérique du Sud et le virus a facilement traversé l’océan.

Pendant ce temps, le monde restait dans un brouillard de limbes. La Chine a désinfecté, fermé des villes, enfermé des gens et s’est fait froncer les sourcils de l’Occident pour cela tout en regardant des films de science-fiction d’Extrême-Orient. Un court métrage qui est devenu plus tard un feuilleton de réalité sans fin et qui l’est malheureusement toujours. Une omerta a dominé l’actualité, si bien que le virus s’est discrètement infiltré dans le monde. Jusqu’à ce qu’il y ait beaucoup de cadavres partout et que l’OMS proclame le grand mot pandémie. Pendant ce temps, Trump a ri des masques, les États-Unis sont devenus une morgue publique avec l’Amérique du Sud et le virus a facilement traversé l’océan, retournant en Europe et dans le monde. L’Italie et le Portugal sont devenus noirs. Ce qui était une épidémie est devenu peu à peu une pandémie.

… Ils ont expérimenté sur les personnes occupées et testés ce que leur corps et leur esprit pouvaient supporter.

3.

La presse européenne et américaine a tourné son objectif vers le sud et sondé des « experts de l’Afrique » qui ont immédiatement confirmé ce scénario catastrophe. « Et qu’en est-il de l’Afrique noire en attendant ? Ne périront-ils pas ? Ne sont-ils pas déjà si pauvres ?” Malheureusement, cette passe n’a rien donné pour eux. Le score y est resté nul.

“Comment? Serait-ce la température, la population jeune ? Un médecin français les a rapidement présentés comme des bovins expérimentaux intéressants pour étudier comment le virus peut être contrôlé. La jeunesse africaine serait une base valable pour développer un médicament ou un vaccin. Parce que c’était urgent. En Europe, de l’Italie à l’extrême nord, dans tout l’Occident, les anciens sont morts, les cadavres ont été mis dans des camions frigorifiques de bétail abattu, les USA ont été un massacre et les gens ont choisi en fonction de l’âge, du contexte social, qui laisser mourir. En tant que grands généraux, les médecins devaient estimer les dommages collatéraux en fonction du temps . Une bataille moralement déchirante, que l’Occident a regardé avec terreur. Ils n’en voulaient plus. pas de désherbeur !!

Ont-ils fait cela aussi à l’époque coloniale dans les pays pillés ? Au 19ème siècle, ils ont expérimenté sur les personnes occupées et testé ce que leur corps et leur esprit pouvaient supporter. L’un de ces colonisateurs l’a emporté avec lui dans les camps d’extermination européens pendant la Seconde Guerre mondiale. Nous détestons toujours ces expériences raciales avec des vies humaines, la douleur continue de se répercuter. Douleur d’une expérience postcoloniale heureusement abandonnée après la contestation internationale.

4.

L’Afrique ne veut plus être le cobaye. L’Afrique, l’Afrique pauvre, lit-on dans la presse occidentale où les spécialistes de l’Afrique – comme s’il s’agissait d’un seul pays – expriment leur peur et en remplissent l’actualité. Tout le monde écoute. Privilège blanc ?

La presse n’avait pas mentionné au début de la précédente épidémie qu’Ebola était sous contrôle grâce à la coopération scientifique internationale. Il n’a pas non plus été signalé qu’il n’y avait pas d’infections à Covid-19 sur le continent à l’exception de l’Afrique du Sud. On supposait que les choses finiraient mal pour le continent africain. Il a fait la presse alors, mais quand il s’est avéré que ce n’était pas le cas, il est resté un endroit vide en raison de l’angle mort de l’Occident. 

En tant que sauveur, l’Institut Tropical d’Anvers en Belgique a reçu le trophée du héros de la médecine des pays lointains. Alors que les scientifiques internationaux travaillent ensemble, échangent, cette information n’atteint pas le grand public ; la presse populaire est silencieuse. Ce que nous n’entendons pas non plus se fait au détriment de quoi qui et de quoi cette connaissance scientifique a été acquise à l’origine. La colonisation et ses cobayes en font malheureusement partie. Heureusement, aujourd’hui encore, il existe un partage scientifique international, du nord au sud et d’est en ouest.    

5.

Si l’on passe au continent de Wuhan, la presse oublie de mentionner que de nombreux journaliers vivent en Inde, comme dans de nombreux pays anciennement colonisés. Un confinement s’est avéré être un tueur, des cadavres ont entaché les rues indiennes, l’appareil d’État a réprimé les délinquants et les mendiants, car personne n’était autorisé à sortir pour des raisons de sécurité.

Ce qui semblait un Valhalla, une mesure louable à l’Occident, n’était pas en Inde. C’était littéralement un « mangemort » pour ceux qui ne vivaient pas dans ces terres privilégiées. On pouvait choisir la cause du décès. Être battu à mort, mourir de faim ou attraper le virus.

L’OMS a également demandé des mesures pour lutter contre le virus, ce qu’elles ont certainement réussi. Mais cela a aussi ramené la terreur en Afrique. Peur de ce qui s’est passé avant , peur d’être utilisé comme cobaye . Et dans de nombreuses sociétés occidentales, il y a eu le plongeon mental, l’augmentation de la maltraitance des enfants, la pauvreté, le chômage, la violence familiale… Cela s’est presque avéré être un indicateur viral de ce qui n’allait pas en Occident. Et c’était convenu : tout le monde a droit aux soins, mais le système de santé vacille dans de plus en plus de pays. Mais l’Occident n’oubliait-il pas et n’oubliait-il pas plus de la moitié de la population mondiale dans cette préoccupation ? 

Le statut de ” l’homme sauvage” …

6.

Les vaccins suivent le même parcours, il y a thésaurisation, boosting,  où plus de la moitié du globe est oubliée, ou servie au compte-gouttes. L’industrie pharmaceutique est invitée par la presse libre démocratique populaire et fait sa parole, massant la vérité sous une forme différente à son avantage. Jusqu’à ce que l’OMS réplique et dise que nous devons tous nous faire vacciner. Qui veillera à ce que la pandémie ne soit pas résolue ?

Tout au long de cette histoire, les antivaxxeurs jouent un rôle de soutien au niveau mondial. Comptent-ils vraiment dans cette pandémie ? Leur action n’est-elle pas plutôt une goutte dans l’océan quand on voit ici l’inégalité mondiale ?

N’est-ce pas toujours l’inégalité récurrente, la discrimination qui remonte aux anciennes théories et systèmes des gentlemen blancs qui ont atteint le continent américain il y a tant de siècles ? Où ils ont récupéré leur terre conquise avec les armes pour leur propre bénéfice, développé et victimisé les peuples opprimés, malgré la « christianisation » ? Peuples classés comme inférieurs aux gentilshommes blancs soutenus par la nouvelle science de l’anthropologie physique assistée par des philosophes et des juristes.

Le statut de « l’homme sauvage » dans le monde est devenu aussi officiel que moins concret. Ainsi naquit et existe toujours un amalgame d’écrits intellectuels historiques encore justement respectés et précieux. Mais malheureusement ils ne sont – toujours pas – décolonisés. Grotius, Hobbes, Boyle, Locke, Descartes et d’autres ont contribué au 17ème siècle après JC, ainsi qu’aux 18ème et 19ème siècles avec Hegel et Buffon, entre autres. Ce sont les penseurs de la Renaissance et les penseurs modernes comme Montesquieu qui ont inventé l’État de droit et les droits de l’homme. Un corpus de pensée et d’instrument précieux qui s’est développé à la même époque où les esclaves étaient commercialisés et maltraités, tués et utilisés comme bétail de trait.

Une masse de force de travail – remplacée plus tard par la machine à vapeur – a été utilisée pour rentabiliser les terres conquises. Cela a donné naissance au concept de profit et a jeté les bases du capitalisme qui a trouvé sa place dans le mercantilisme. A ce jour, il laisse encore de grandes cicatrices dans les pays décolonisés, dans le néocolonialisme, dans la position du noir dans le monde, le racisme, le climat… Dans des problèmes reconnaissables pour le monde entier.

Mais ne vous inquiétez pas, les esprits ont mûri et continuent de le faire. Il suffit de regarder les mouvements généraux dans le monde entier qui exposent la suprématie masculine blanche tels que Black Lives Matter, #MeToo et les marches pour le climat.

7.

Pendant ce temps, la catastrophe majeure annoncée avec Covid en Afrique ne s’est pas matérialisée, à l’exception de l’Afrique du Sud et de certaines capitales du reste de ce continent. Dans le même ordre d’idées, il y a la guerre internationale des vaccins, où ceux qui ont les armes – les vaccins – gagnent. Du moins, apparemment.

J’ai lu dans un journal populaire en première page « Un vaccin sans brevet donne de l’espoir à l’Afrique. La société sud-africaine trouve la formule basée sur le produit Moderna. 


C’est clair, c’est l’heure du réveil pour tout le monde ! Vers des soins de santé de base – et la prospérité pour tous dans un monde juste décolonisé.

A propos de l’auteur:

Judith Elseviers est congo-belge, mère de 2 enfants. Elle a étudié le droit, l’écologie humaine et la gestion culturelle. Elle conseille des institutions culturelles et donne des conférences et des ateliers sur la décolonisation. Elle enseigne également les actions émancipatrices et la déontologie en éducation des adultes. Elle travaille actuellement sur son premier roman.

L’article provient de notre partenaire Kifkif.

Lire la production originale, en néerlandais, ici.

Catégories : Décolonisation