Ces dernières années ont été marquées par une oppression très forte à l’encontre des sans-papiers : rafles dans les occupations et les domiciles privés, arrestation des leaders, fermetures des occupations, politique accrue de détention dans les centres fermés, absence totale de dialogue avec le Gouvernement fédéral… Face à cette oppression, il est important de reprendre l’initiative et de mener une lutte offensive en usant des moyens nécessaires à la protection des personnes visées par ces politiques.

Nous apportons un soutien politique, organisationnel et logistique aux collectifs, aux occupations et à la Coordination des collectifs de sans-papiers.

Nous menons également des actions de résistance à l’oppression visant les personnes sans-papiers.

Notre revendication est la mise en place d’une procédure de régularisation massive reposant sur cinq critères clairs à inscrire dans la loi.

Nos 5 critères sont les suivants :

  1. Un long séjour en Belgique et/ou une procédure d’asile de longue durée ;
  2. L’impossibilité de retourner dans le pays d’origine ;
  3. Avoir des attaches sociales durables en Belgique ou avoir des circonstances sociales à faire valoir (enfants scolarisés, conjoint, projet de mariage ou de cohabitation, membre de la famille, etc.) ;
  4. Avoir un projet de contribution socio-économique et/ou citoyen en Belgique (emploi, formation, qualification professionnelle) ;
  5. Être gravement malade ou handicapé.

Nous exigeons le réexamen des dossiers de tous les sans-papiers de Belgique sur base des ces cinq critères.

Vous vous sentez concerné-e-s et vous souhaitez participer à la lutte, voici ce que nous faisons :

 

Les migrants méritent mieux qu’une polémique politicienne