Ne restons pas témoins, devenons alliés

« Pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles. »  écrivait Max Frisch. Cette célèbre citation résume trop souvent des situations dans lesquelles nous nous retrouvons en tant que témoins d’actes ou de paroles racistes. Par gêne, par peur ou tout simplement parce que nous nous sentons démunis, nous préférons ignorer et passer à côté. Notre présence et notre intervention peuvent pourtant faire une grande différence. En fonction de votre personnalité et de la situation, il existe diverses stratégies pour vous interposer et faire cesser une situation de harcèlement,  d’insulte, de menace ou d’agression physique et raciste dans un lieu public.  En voici quelques-unes :

Evaluer la situation

Intervenir c’est s’exposer. Avant d’agir, vous devez évaluer le risque. N’intervenez que si vous êtes suffisamment en sécurité. Dans le cas d’une agression particulièrement violente qui représente un danger grave et immédiat pour la victime, et pour vous si vous intervenez, le mieux que vous puissiez faire est d’appeler du renfort (la police, les secours, d’autres témoins,….).

Confronter l’auteur du comportement raciste

Dans de nombreux cas, vous pouvez intervenir sans risquer de vous mettre en danger. Vous pouvez alors directement vous adresser au harceleur en dénonçant son comportement ouvertement. Inutile d’entrer dans un débat ou de le convaincre de changer d’opinion, l’objectif est ici de le déstabiliser.

Mobiliser autour de vous

Le racisme étant encore trop souvent excusé voire toléré, les harceleurs ont un sentiment d’impunité et osent agir en public sans craintes d’être stoppés. À vous de provoquer un effet de masse en interpellant les passants et les autres témoins à réagir et à condamner ce qui est en train de se passer. Si d’autres vous accompagnent dans votre démarche et expriment leur hostilité, vous pouvez l’isoler et le dissuader.

Faire diversion

Si la confrontation n’est pas envisageable, essayez d’interrompre l’agression en vous rapprochant de la victime et en vous adressant directement à elle. Faites par exemple semblant de la connaitre et entamer une conversation sur un sujet qui n’a aucun rapport avec la situation.

Soutenir

Vivre une agression raciste peut être humiliant et traumatisant. Après l’agression, vous pouvez rester auprès de la victime, vous assurez qu’elle va bien et lui proposer votre aide si elle souhaite appeler un proche ou porter plainte. Votre témoignage sera également très précieux en cas de signalement. Si la victime est trop déboussolée pour porter plainte, proposez-lui d’échanger vos coordonnées. Vous pouvez également porter plainte en tant que « témoin » sans forcément que la victime ne le fasse préalablement

Garder des preuves

Votre témoignage est déjà une preuve en soi. Vous pouvez également filmer la scène (en cas d’utilisation de la vidéo, ne rendez pas la personne identifiable) ou encore noter tous les éléments utiles à la rédaction du procès-verbal (adresse, horaire, plaque d’immatriculation, numéro de bus, …).


Pour toute plainte ou signalement, merci de bien vouloir prendre contact avec notre service juridique :
Service Permanence Juridique – Bureau des plaintes : les permanences sont organisées les mardis et les vendredis.
Horaire des permanences téléphoniques 02/209.62.58 :
Lundi 14h-16h ;
Mardi 9h-12h ; 14h-16h ;
Jeudi 14h-16h ;
Vendredi 9h-12h ; 14h-16h.

Vous pouvez également nous contacter par mail : juridique@mrax.be