Israël-Palestine, pour mieux comprendre

L’association Actions in the Mediterranean (AIM) a réuni trois lycées  de la Ville de Bruxelles de septembre 2014 à juin 2015 pour lutter contre les stéréotypes et les amalgames liés à l’importation du conflit entre Israël et la Palestine et in fine réduire la haine et les positions radicales que véhicule ce conflit en Belgique et à Bruxelles. Ces 3 classes de 5ème secondaire réunissaient des élèves issus de mieux socio-culturels très différents : Lycée Emile Jacqmain, Lycée Henriette Dachsbeck et Institut des Arts et Métiers.

Les résultats très positifs enregistrés par le projet pilote encouragent à poursuivre cette initiative.

Le but de ce projet est d’encourager des jeunes à devenir des ambassadeurs de la coexistence et à jouer un rôle pour apaiser les tensions entre toutes les communautés vivant à Bruxelles, notamment les communautés juives et arabo-musulmanes.

Ce projet veut donner la possibilité à des jeunes de prendre conscience de leurs propres stéréotypes face au conflit proche-oriental. Cela leur permet grâce à leur expérience du terrain et leur meilleure compréhension des complexités liées au conflit, d’aller plus aisément à la rencontre des autres, de les aider à échanger pour tisser des liens et de refuser que les communautés se renferment sur elles-mêmes dans le rejet et les discours prônant le repli communautaire.

Les trois objectifs principaux de ce projet sont de :

  • S’attaquer aux stéréotypes négatifs à l’égard du conflit israélo-palestinien chez des lycéens bruxellois de toute origine et apaiser les tensions entre les communautés ici à Bruxelles;
  • Permettre aux jeunes de se faire une opinion plus sensible, en connaissance de cause sur la complexité de ce conflit;
  • Leur donner des outils leur permettant de transmettre et partager leur expérience avec d’autres jeunes Bruxellois.

Afin d’enraciner ce projet et pour que l’impact et le changement des jeunes soient durables, nous proposons de travailler sur trois ans. Chaque année, trois écoles bruxelloises seront invitées à participer au projet. Les activités seront les suivantes :

  1. Mise en perspective historique, rencontres et débats : les lycéens des trois écoles sélectionnées seront invités à participer à des rencontres et des évènements culturels pour mieux appréhender la complexité, discuter et débattre des questions liées au conflit : films, spectacles etc.;
  2. Rencontres et échanges avec des témoins de sociétés civiles actifs dans des organisations de droits humains, venant pour témoigner de leurs activités et des combats qu’ils mènent pour la paix, contre la violence.  Des ateliers seront également proposés afin de réduire les stéréotypes et les préjugés, et mieux comprendre les médias;
  3. Voyage d’étude : Ils partiront ensuite en voyage d’étude en Israël et en Palestine;
  4. Formation d’ambassadeurs : En parallèle du travail avec les lycéens, nous proposons de former des ambassadeurs. Ces jeunes sont issus du groupe de l’année précédente qui a déjà participé aux rencontres et participé au voyage d’étude. Ils/elles seront formés pour animer des débats, faciliter des discussions et transmettre l’expérience vécue dans des écoles suite à la projection du film qui a été réalisé lors de leur voyage d’étude;
  5. Activités artistique : Les bénéficiaires seront invités à réaliser, sous la supervision d’un metteur en scène, une pièce de théâtre sur le thème de la réconciliation.  Cette activité est prévue pour l’année 2015-2016 et sera évaluée en fin d’année pour déterminer sa pertinence et son efficacité. L’objectif est que chaque année, soit proposée une activité artistique avec les jeunes pour cristalliser les acquis et faire d’eux des acteurs du changement;
  6. Maison de jeunes et mouvements de jeunesses : Il est prévu de travailler avec des mouvements de jeunesses juifs et musulmans et des maisons de jeunes  de Bruxelles lors de la 2e année du projet.

 

Pour réaliser ce projet, AIM s’entoure d’associations partenaires et de professionnels du monde associatif belge et international. A ce titre, le MRAX participe au projet.