Il faut virer le racisme de nos stades !

Publié par Kouablan Francine Esther le

Buy doxycycline for acne a single pill of metronidazole, 250 mg, twice a day, will treat a total of 9 days of infection. It is also possible to get there from the airport by Chapala taxi or train for around £35. The most common side effects are weight gain, nausea, dizziness and fatigue.

Packet across a network which contains information about. These drugs dove acquistare viagra online Sanya have some serious side effects and can be dangerous for both you and your baby. Metformin is also used to treat certain autoimmune diseases, including crohn’s disease.

Photo : Erik Drost

Stop au Racisme dans le Sport ! 

Ce dimanche, encore une fois, le racisme a montré sa face hideuse dans le sport lors du match Brugges-Anderlecht. C’est avec indignation que nous apprenons que Vincent Kompany et son staff  ont subi des insultes racistes :

« Pendant toute la partie, mon staff et moi avons été insultés de ‘singes noirs’. Je n’en peux vraiment plus. Je sais que c’est aussi comme ça sur d’autres terrains de foot mais on a beaucoup donné pour ce pays et on vient juste jouer au foot. Donc le match m’importe peu. Je ne veux pas entrer en conflit avec Bruges mais là, je veux juste rentrer chez moi ». 

Vincent Kompany

Il est important de rappeler que la place qu’occupe le sport dans la vie culturelle belge est considérable. Entendre le mot « sport » fait appel non seulement à un ensemble de pratiques professionnelles, amateurs, familiales, d’éducation sportive, associatives mais également à un grand nombre d’acteurs, tant publics que privés : joueurs, entraineurs, arbitres, publics de supporteurs et médias. Il réunit en son sein des hommes et des femmes de tous horizons, de tous âges et de tous les milieux.

La pratique du football en particulier, avec son développement depuis plusieurs décennies, ne doit pas être en reste des valeurs humaines qui sous-tendent les enjeux d’un sport qui place la relation de groupe au centre de l’action. Le football, n’est pas plus seulement et simplement un sport, il est aussi un acte social, mais par-dessus tout, il doit rester un fondement du lien social. Par le Football, l’on a assisté à une vie sociale ancrée dans des vertus : égalités des chances, intégration, insertion et réinsertion, inclusion de différents pans de la population dans des valeurs communes.

Kompany, Lukaku, Fallaini…une représentation primordiale pour les jeunes

Grâce à son engagement dans le football, Vincent Kompany est une des figures inspirantes pour les populations vivant en Belgique dans toutes ses composantes, et particulièrement pour la jeunesse belge.

Il est aussi utile et important de souligner que le sport démontre, entre autres, la réussite de l’intégration des populations d’origines étrangères. Les motifs de fierté et d’identification des belges et particulièrement de la jeunesse à Marouane Fellaini, à  Romelu Lukaku ou à Vincent Kompany ont permis de participer à l’édification de l’identité individuelle et collective de jeunes.

Hélas, mille fois hélas, ce « démon », le racisme, cette forme abjecte et intolérable du rejet de l’autre, ne cesse de hanter nos stades et de mettre à mal la construction de la cohésion sociale et le mieux vivre ensemble.  Une fois encore ce dimanche, ce monstre à têtes multiples a fait irruption dans les stades avec une violence blessante.

Photo : unsplash

Le sport, une opportunité pour l’éclosion d’une cohésion sociale inclusive

Pour le MRAX, le rôle de ciment social que joue le football, dans nos quartiers, dans nos régions et plus généralement dans notre pays est une réalité qui n’a plus besoin d’être démontrée et qui doit être préservée envers et contre le racisme.

Pour ce faire, les matchs de football doivent rester des moments de communion pour faire de ce sport, et du sport en général, le lieu de démonstration d’une réelle cohésion nationale.

Le MRAX apporte son soutien à Vincent Kompany ainsi qu’ à son staff et appelle les autorités compétentes à prendre leurs responsabilités afin que nous n’assistions plus à ce type de dérives, qui n’est que trop peu décrié.

La lutte contre le racisme dans le sport ne doit pas rester l’enfant pauvre de la lutte contre le racisme.

Nous convenons avec Aimé Jaquet, entraineur de football, quand il déclare :

« Donner, recevoir, partager : ces vertus fondamentales du sportif sont de toutes les modes, de toutes les époques. Elles sont le sport »

Aimé Jacquet

C’est pourquoi, les propos racistes, les insultes en tout genre (cris de singe…), antisémites, homophobes qui s’affichent sans honte doivent être bannis de nos stades et dans les espaces où se meuvent les acteurs du sport.

La lutte contre le racisme dans le sport ne doit pas rester l’enfant pauvre de la lutte contre le racisme. Tout au contraire, il devient urgent d’agir afin que nos stades reflètent l’émergence d’un autre sport par des engagements diversifiés et multiples qui au-delà des principes fondamentaux, se posent dans les actes comme un contrat d’inclusion sociale avec les différentes populations. 

Le football et le sport en général doivent rester des outils de cohésion sociale, d’éducation à une citoyenneté agissante et du mieux vivre ensemble.

Esther Kouablan, Directrice