L’action du MRAX

Nos types d’action dans la lutte contre le racisme et les discriminations sont de différentes sortes.

(Ces actions visent trois types de publics : la société, les victimes du racisme et des discriminations, les auteurs du racisme et des discriminations)

Nous concevons le racisme comme une relation structurelle de domination basée notamment sur des préjugés, ceux-ci étant parfois « théorisés » (ex : le racisme biologique ou le suprématisme civilisationnel), et des actes ou des discours racistes ainsi que des discriminations (lorsque cette relation structurelle s’exprime à travers les rapports sociaux dans l’espace public et l’espace privé, dans le monde de l’emploi, du logement, du loisir, de l’école,…).

De notre lecture du racisme découle notre action en faveur l’antiracisme. Si l’on considère le racisme comme une pyramide alors selon l’étage où l’on se trouve l’on va viser soit :

–        La déconstruction des préjugés et discours expliquant et légitimant cette stratification de la société entre dominés et dominés

–        La réaction lorsque ces préjugés et « théories » se concrétisent dans les rapports sociaux

Notre objectif à travers cette lutte est d’atteindre, par tous les moyens justes et nécessaires, l’égalité de droits. Il s’agit d’un objectif clair. Il est plus concret et pragmatique que des revendications telles que la « paix », le «respect », la « tolérance » ou l’ « intégration ». Il est à noter que c’est une revendication qui remet réellement en question l’ordre économique et social de nos sociétés encore très profondément racistes malgré 30 ans d’antiracisme législatif.

Plus concrètement, au MRAX, nos types d’action (Ces actions visent trois types de publics : la société, les victimes du racisme et des discriminations, les auteurs du racisme et des discriminations) dans la lutte contre le racisme et les discriminations sont :

Réflexion et action :

Un travail de réflexion préalable à l’action doit être mené sur tout ce qui concerne le racisme et l’antiracisme : les nouvelles formes du racisme, les nouvelles expressions du racisme, les actions à mener en conséquence de ces évolutions (testing, mise à l’agenda politique, campagne, nouveaux outils (cyberhaine par exemple)

Nous entendons développer des antennes-relais du MRAX à travers la Fédération Wallonie-Bruxelles. Ces antennes se structureraient autour des permanences mensuelles des services juridique et social et des services d’animation décentrés et seraient l’occasion de mobiliser des membres et d’initier du travail d’EP.

Une réflexion conséquente sera menée dans les Groupes de travail en EP en mobilisant le plus possible les membres de l’association et en recrutant de nouveaux membres (lors de nos actions et à travers nos services qui sont en contact avec le public).

Prévention :

Il est essentiel d’impulser un travail de sensibilisation dans les écoles, les associations, les entreprises et administrations sur les stéréotypes et les préjugés, le racisme, les discriminations, la cyberhaine,…

Nous souhaitons développer un réseau décentralisé du service animation. Nous formerons à l’animation et aux outils d’animations.

Information :

L’information c’est notamment tout le travail d’information lors d’animation, de séminaires, de campagnes de testings, de débats, d’exposition ou d’évènements sur les discriminations, le racisme, l’histoire coloniale, les génocides, la question migratoire,…

C’est également l’information sur le droit des étrangers et les démarches administratives de régularisation, travail, logement, diplômes,… (réalisation d’un fascicule en différentes langues reprenant les informations les plus souvent délivrées par notre service social).

Nous souhaitons développer le service social sur base du réseau de membres et d’anciens stagiaires du service social. Il s’agirait d’organiser des permanences mensuelles à Liège, Charleroi et différents quartiers de Bruxelles afin de décentraliser la permanence juridique du MRAX.

Dénonciation et plaidoyer :

Le MRAX reprend son rôle politique de dénonciation des phénomènes de racisme et de discrimination. Il entend participer aux débats publics en apportant sa lecture spécifique des phénomènes de racisme.

Réaction :

Nous informons les victimes de discours racistes et de discriminations sur leurs droits. Nous les orientons dans leurs démarches judiciaires.

Nous saisissons également le procureur du Roi, voire nous nous portons partie civile, sur les dossiers les plus graves.

Par ailleurs nous développons un service de Médiation pour les situations où la victime et l’auteur sont contraints de continuer à coexister (voisins, écoles, milieu professionnel,..), une démarche visant à réconcilier les deux parties est davantage constructive pour le vivre ensemble et le respect de l’autre qu’une action en justice.

Enfin nous travaillons au développement d’un réseau de points d’appui de notre service juridique, en partenariat avec le Centre pour l’égalité des chances, à travers la Fédération Wallonie-Bruxelles.